Search

Petit lexique de la chirurgie esthétique

Depuis le 1er janvier 2014, 2 137 906 opérations de chirurgie esthétique ont été réalisées à travers le monde (et ce nombre augmente à mesure que cet article est écrit, à raison de 2000 opérations par minute). Si on en parle beaucoup, on ne sait pas pour autant avec précision en quoi consistent les principales interventions. Voici donc un petit lexique pour faire le point.

lexique-chirurgie
La rhinoplastie : la rhinoplastie est quatrième au palmarès des opérations de chirurgie esthétique (derrière la liposuccion, l’augmentation mammaire et la blépharoplastie). Il s’agit d’une intervention de haute précision, qui se pratique sous anesthésie générale.

Pour observer les résultats définitifs de cette opération sur l’architecture du visage, il faut attendre en général 6 mois après l’intervention.

L’intervention plastique non chirurgicale : Il existe des interventions plastiques qui ne relèvent pas du domaine de la chirurgie. C’est par exemple le cas de l’injection de Botox ou de l’épilation au laser. Le Docteur Niforos, qui pratique les injections à Lyon fait partie des premiers praticiens à les avoir importées en France, a développé une théorie en la matière.

D’après lui : « Les injections permettent à la fois le traitement du vieillissement débutant ainsi que la prévention de ce même vieillissement »

L’augmentation mammaire : Si la liposuccion est l’intervention la plus pratiquée dans le monde, l’augmentation mammaire serait l’opération de chirurgie esthétique la plus plébiscitée par les Françaises (source : étude de 2011 de l’ISAPS). On peut choisir de pratiquer cette intervention pour deux raisons : remodeler sa poitrine ou augmenter son volume.

L’intervention doit ainsi permettre une harmonie entre la forme de la poitrine, son volume, et la silhouette de la patiente. Pour ses interventions d’augmentation mammaire à Lyon le Docteur Niforos utilise par exemple les technologies de simulation en 3D.

Les 3 paramètres du vieillissement : « Nous avons toujours considéré qu’il fallait traiter les 3 paramètres : La peau qui vieillit, les volumes qui changent, les muscles qui tiraillent. » (Docteur Niforos)

La chirurgie esthétique lorsqu’elle agit pour combler les effets du vieillissement, doit donc tenir compte de ces trois paramètres. C’est par exemple le cas pour les interventions de lipostructure, qui comblent les endroits du visage qui ont perdu du volume avec la graisse du patient.

Source infos : planetoscope.com, ipsas.org et niforos.fr

Enregistrer




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.